cadeau russe pour Noël

Au 1er janvier 2018, parmi mes bonnes résolutions, celle à laquelle je tiens le plus est d’être proactif et de ne plus laisser trainer les choses jusqu’à la dernière minute, et encore moins de procrastiner. Et cela tombe bien, car c’est l’été. Je vais donc pouvoir prendre de l’avance pour acheter mes premiers cadeaux de Noël ! Ne reste plus maintenant qu’à trouver les idées.

Trouver une idée originale

Cet été 2018 aura été l’occasion, à travers un grand événement planétaire, de découvrir un pays que l’on ne connaissait finalement que trop peu : la Russie. Reportages et publications des supporters sur les réseaux sociaux ont montré un autre visage de la Russie, de la société russe, mais aussi de la culture russe.

Ainsi, pourquoi ne pas offrir un cadeau russe ? Bonne idée, mais quel cadeau offrir ? Une Chapka ? Au 25 décembre, la coupe du monde sera finie depuis 6 mois, l’effet de mode sera passé. Une bouteille de vodka ? À Noël, on offre du bon vin, du champagne, pas de la vodka.

Finalement, la bonne idée m’est venue d’un reportage à la télévision : le cadeau russe que j’achèterai à Noël sera une matryoshka.

Qu’est-ce qu’une matriochka ?

Il s’agit des fameuses poupées russes. Elles sont de taille croissante (ou décroissante), afin de s’emboîter les unes dans les autres. Le nom matrioshka (s’écrit avec un I ou un Y) vient du latin « mater », qui veut dire la mère. Elle symbolise la famille. Quoi de plus précieux que la famille, à Noël ?

La matriochka russe, appelée aussi poupée gigogne, est bien plus qu’un objet de décoration. C’est l’une des représentations de la Russie. Apparue à la fin du 19ème siècle, la légende prête son origine à une inspiration japonaise.

Elles ont également un côté ludique et pratique pour les enfants : étant de tailles différentes, elles peuvent représenter des membres de la famille. Chaque enfant pourra donc, en les démontant, représenter son papa, sa maman, ses frères et sœurs, voir ses oncles et tantes. Elles sont également pratiques pour apprendre à compter et à calculer.

Elles ont également une drôle de particularité : loin des poupées standard que l’on connaît, elles sont parfaitement lisses. J’entends par là qu’elles ne sont pas moulées, mais peintes, ce qui nécessite un processus particulier.

 

matriochkas

Le processus de fabrication des matriochkas

Comme pour tout objet traditionnel et artisanal, la poupée gigogne de Russie nécessite tout un déroulement, de la fabrication, à la peinture.

Généralement, ces poupées sont en bois de tilleul. On peut également en trouver en aulne ou en bouleau. Chose importante : les matriochkas que l’on va assembler sont issues du même bois. Ce qui peut (ce n’est qu’une impression personnelle) représenter une famille, la génétique, et donc l’arbre généalogique.

Ma fertile et peu raisonnable imagination m’amène alors à imaginer la naissance de la matriochka, à l’envers, c’est-à-dire que la gestation vient avant la conception. En effet, avant de commencer à travailler le bois brut, ce dernier doit avoir séché pendant deux ans. Une fois passé ce délai, l’artisan tourneur travaille sa pièce pour lui donner forme. Elle est ensuite solidifiée en étant enduite d’huile, puis lissée avec un mélange fait d’eau, de colle et de talc, avant d’être poncée. Une fois toutes ces étapes terminées, on peut donner une identité à la matriochka en la confiant à un artiste, qui se chargera de la peinture. Pour finir, elle sera laquée, afin d’avoir la vie la plus longue possible.

On retrouve également sous les poupées la signature de l’artiste-peintre, ainsi que le nombre de poupées de la série.

 

poupées russes chat

Où et comment en acheter ?

C’est dit, je vais acheter et offrir des poupées russes ! Mais je tiens à faire en sorte que ce cadeau soit apprécié à sa juste valeur. Il s’agit d’une pièce artisanale, je ne peux donc pas me permettre de cliquer sur n’importe quel site de vente en ligne, ou d’aller dans une boutique quelconque. Mon achat se veut sérieux, le choix doit être minutieux.

Le sourire de la matriochka inspire la bienveillance de la maman, ou de la grand-mère. Elle porte sous son bras un coq, symbole de fertilité. Elle porte en elle sept autres poupées, emboîtées les unes dans les autres, la dernière et la plus petite représentant un bébé.

Au niveau du bois, priorité au tilleul. Le bouleau est également accepté, de même que l’aulne. Si les plus anciennes traditions veut qu’elles soient peintes à la gouache, aujourd’hui, elles le sont plutôt à la peinture à l’huile ou à la tempéra (peinture à base d’œuf).

Au niveau du prix, cela varie de 70 à 300€ pour une vraie matriochka haut de gamme ou de collection.
Pour les trouver, il existe aujourd’hui différents sites de vente en ligne, et notamment des sites spécialisés dans les souvenirs russes.

La dernière question qui se pose désormais à moi est donc : à qui vais-je offrir une matriochka russe ?